Histoire de la Cérémonie du thé

La consommation et la production de thé sont originaires de Chine vers le 4ème siècle. Les graines de thé ont été introduites pour la première fois au Japon à l'époque de la dynastie Tang en provenance de Chine, lorsque les échanges culturels et les échanges de biens entre la Chine et le Japon étaient florissants.

Histoire de la Cérémonie du thé

La première mention d'une cérémonie officielle du thé impliquant la consommation de thé remonte au 8e siècle, mais ce n'était qu'une version simple et brute de ce que nous connaissons aujourd'hui. En outre, au cours du 8e siècle, un prêtre bouddhiste chinois a écrit un livre sur la bonne méthode de préparation du thé, qui enseignait la bonne température de l'eau chaude et l'utilisation des récipients à thé. On croit que le style actuel de la cérémonie du thé a évolué en grande partie sous l'influence de ce premier livre de thé.

Pendant la période Nara au Japon, entre 710-794 plants de thé ont été cultivés, mais seulement à des fins médicinales et ils étaient principalement consommés par les prêtres et les nobles. Le thé commençait lentement à se transformer d'une boisson médicinale en un liant social, mais au Japon, il est resté une denrée rare et très précieuse jusqu'aux alentours de 1192. Le thé a été lentement transformé en une boisson autour de laquelle des règles et des formalités étaient nécessaires et implantées. Les historiens considèrent que si le thé avait été originaire du Japon (et une boisson commune à tous), la cérémonie n'aurait pas été créée.

En 1187, Myoan Eisai, un prêtre japonais, se rendit en Chine pour étudier la philosophie et la religion. Quand il est revenu, il est devenu le fondateur du bouddhisme zen et a construit le premier temple de la secte Rinzai. Les historiens croient qu'il a été le premier à cultiver le thé à des fins religieuses, contrairement à d'autres avant lui qui cultivaient le thé à des fins médicinales seulement. Il fut aussi le premier à suggérer et à enseigner le broyage des feuilles de thé avant d'ajouter de l'eau chaude. Eisai a été le premier à écrire un traité sur le thé au Japon dans lequel il a montré que boire du thé était bon pour la santé. Selon lui, c'était un remède important pour toutes les maladies.

Au 13ème siècle, la classe des samouraïs embrassa avec empressement la cérémonie du thé, ce qui la rendit vraiment populaire dans tout le Japon. Ils ont organisé de somptueuses fêtes de thé avec de nombreux invités où ils ont joué à un jeu de thé, testant la capacité des invités à faire la distinction entre le thé et d'autres boissons à base de plantes. Les invités ont d'abord reçu plusieurs tasses de thé, puis le nombre a augmenté à vingt et a finalement atteint cent tasses par personne. S'il y avait un nombre important de personnes présentes à la fête, elles passeraient probablement les tasses de l'une à l'autre, technique qui peut expliquer pourquoi aujourd'hui un seul bol à thé est utilisé dans la cérémonie.

Le thé gagne de plus en plus en popularité, de sorte que les gens d'autres classes sociales que les Samouraïs commençaient à organiser de petits goûters dans des salons de thé plus appropriés à leur statut social. Les historiens croient qu'à partir d'ici, la coutume des petits salons de thé s'est transformée en la forme que la cérémonie lui donne aujourd'hui.

» Voir la sélection de thé japonais

L'un des plus importants concepteurs de petits salons de thé était un prêtre zen appelé Murata Shukou, plus tard connu sous le nom de père de la cérémonie du thé. Il a consacré sa vie à l'apprentissage et au perfectionnement de la cérémonie du thé et l'esprit et la philosophie de la cérémonie du thé ont été sa création. Après être entré dans le sacerdoce à l'âge de 11 ans et avoir appris la méditation zen, il a consacré le reste de sa vie à la cérémonie du thé. Il passait tous ses jours dans son salon de thé à Nara et donnait des leçons à toute personne intéressée à apprendre l'art de la cérémonie du thé. Il a essayé de répandre l'esprit du thé simple, inspiré du zen.

Au XVIe siècle, la consommation de thé s'est répandue à tous les niveaux de la société japonaise. Les concepts clés qui sont toujours d'actualité dans les cérémonies du thé aujourd'hui ("sei, kei, wa et jaku") ont été développés par Sen no Rikyū (1552 -1591), une autre figure historique et importante de la cérémonie du thé. Ses enseignements ont perfectionné de nombreuses formes nouvellement développées dans l'architecture et les jardins, l'art et le développement complet de la voie du thé.

En fonction de la philosophie et des différents types de cérémonie du thé, les écoles de cérémonie japonaise du thé sont nées et ont évolué, se référant aux différentes façons et lignes dont la cérémonie du thé a été et continue d'être façonnée. Les écoles de cérémonie japonaise du thé sont encore actives aujourd'hui et de plus les étudiants japonais suivent des cours spéciaux dans lesquels ils apprennent "la voie du thé ».