La signification secrète de la cérémonie traditionnelle japonaise du thé

Beaucoup personnes ne savent pas grand chose sur la cérémonie traditionnelle du thé, ni de son histoire, de ses subtilités ou de ses origines religieuses. Peu de gens en dehors du Japon ont une compréhension profonde de la véritable signification de cette pratique.

La signification secrète de la cérémonie traditionnelle japonaise du thé

Et même au Japon, la signification secrète de la cérémonie du thé est peu connue et comprise, sauf par ceux qui ont consacré leur vie à la discipline et par ceux qui sont experts dans la préparation du thé matcha dans les rituels traditionnels.

Pour acquérir cette connaissance pratique la cérémonie du thé, il faut remonter dans le temps, à plus de deux mille ans. La Chine est le véritable berceau de la cérémonie du thé, mais ce sont les Japonais qui ont développé la pratique et maintenu la flamme vivante jusqu'à l'ère moderne.

La cérémonie du thé tire ses origines du Bouddhisme

Le bouddhisme zen est un des principes fondateurs de la cérémonie du thé telle qu'elle est pratiquée aujourd'hui au Japon. Les premières personnes qui ont apporté du thé et ses rituels de service de Chine étaient des moines bouddhistes. Chacune d'entre elles a beaucoup fait pour établir le rituel de la cérémonie que nous connaissons aujourd'hui. Cependant, une grande partie de ce qui se passe dans le bouddhisme zen n'est pas ce qu'il apparaît à l'observateur extérieur.

Parce que le bouddhisme lui-même est principalement une pratique intérieure, la cérémonie ou le rituel ne révèle souvent rien sur la signification intérieure. La cérémonie du thé et la méditation ne sont que deux exemples. Comment pourrait-on savoir ce qui se passe pendant la méditation simplement en observant la personne dans l'état méditatif ? Il en va de même pour la cérémonie du thé. Les touristes et les étrangers peuvent regarder, voire participer à un rituel japonais du thé sans rien apprendre de son message intérieur.

Les livres sur le sujet mentionnent souvent que l'aspect central de la cérémonie du thé implique l'harmonie, le respect, la pureté et la tranquillité. Mais qu'est-ce que cela signifie, à part la simple définition de ces mots ? Comme l’ensemble du zen, ce rituel particulier contient une forme intérieure et une forme extérieure. Peut-être que cette harmonie entre l'intérieur et l'extérieur est l'influence dominante du zen sur la cérémonie japonaise du thé.

L'aspect intérieur de la cérémonie du thé met en avant la simplicité et le naturel. Ces deux qualités sont ce qui donne à la forme extérieure de la cérémonie son aspect simple, calme et sans fioritures. La partie extérieure de la cérémonie du thé se concentre sur le concept japonais de "sabi", ou le temps qui passe. On remarque cette caractéristique lorsque l'on regarde les matériaux vieillis et altérés qui entourent le salon de thé. Ils nous rappellent que notre vie physique extérieure n'est qu'une chose temporaire qui se décomposera et finira par s'en aller.

En comprenant l'inévitabilité du temps qui passe (sabi) et la simplicité de notre être intérieur (wabi), on peut grandir vers un état de conscience dans notre vie actuelle. Les vrais aficionados de la cérémonie du thé ont tendance à la considérer comme un exercice religieux ésotérique, et rien de moins !

» Voir la sélection de thé japonais

Cha-no-yu fait appel à notre cerveau

Il y a, croyez-le ou non, beaucoup de science derrière la pratique de la cérémonie du thé. Les experts modernes sur le sujet soulignent que les deux côtés du cerveau sont stimulés par la cérémonie japonaise du thé. Cette activité équilibrée aide à apporter un calme profond et même une conscience spirituelle à ceux qui participent à l'activité.

Considérez que la cérémonie du thé fonctionne directement sur les cinq sens. C'est son but. Dans l'Antiquité, les moines bouddhistes structuraient apparemment le rituel de façon à réveiller les gens, physiquement et spirituellement. En même temps (et cela fait partie de la dichotomie de l'affaire, ou mieux dit, la complémentarité de sa double nature) la cérémonie du thé travaille à apporter une paix intérieure profonde et la tranquillité à ceux qui sont impliqués en rapprochant l'esprit et le corps ensemble.

L'odeur, le toucher, le goût, l'ouïe et la vue sont mis en éveil avec l'arôme du thé et de la paille du tatami au sol, la sensation rugueuse du bol, le thé lui-même, le son de l'eau qui bout dans la théière, et les images visuelles des rouleaux muraux et des fleurs dans la pièce.

Les deux côtés du cerveau

Avec les cinq sens éveillés et en harmonie, l'hémisphère cérébral gauche a beaucoup de choses à penser, y compris le rituel lui-même, les instruments, le processus de la cérémonie. Ce sont des éléments que l'hémisphère gauche du cerveau aime analyser. D'autre part, ou plutôt de l'autre côté du cerveau, l'hémisphère droit s'occupe de la beauté des fleurs et des rouleaux, de l'atmosphère de toute la pièce, des sentiments entre les invités et l'hôte.

Cette expérience, avec les deux côtés du cerveau impliqués dans le processus, est exactement là où beaucoup de gens voient le visage du Zen dans la cérémonie moderne du thé. Car le bouddhisme zen fonctionne souvent selon les mêmes lignes de pensée, les deux zones du cerveau, gauche et droite, stimulées de la même manière, afin de donner au praticien une chance de se faire une idée de ce qui se passe.

Le sens caché de la cérémonie du thé

Ceux qui ne connaissent la cérémonie du thé qu'à travers des livres ou une brève visite au Japon passent généralement à côté de certains aspects invisibles du thé et de ses rituels. D'une part, même parmi les Japonais eux-mêmes, la cérémonie du thé est considérée comme une pratique ésotérique difficile à comprendre et qu'il faut des années pour apprécier. Une analogie pourrait être la façon dont les Occidentaux perçoivent le violon classique. Il faut un peu d'étude et beaucoup de temps pour écouter un morceau de violon avec une véritable appréciation de la musique, de l'instrument et du joueur.

Les Japonais qui souhaitent en savoir plus sur la forme d'art la plus secrète de leur pays se joignent à des clubs informels pour l'étudier. Après cela, quelques uns assistent à des leçons formelles, parfois assez chères, d'un maître de thé. Il y a, comme dans beaucoup d'arts martiaux, des certificats et des grades associés à plusieurs des écoles de thé les plus importantes à travers le Japon. Pour les quelques privilégiés qui décident de se plonger profondément dans l'art, peut-être toute une vie d'étude attend. Tout comme un pianiste de concert ou un violoncelliste peut donner sa vie à la perfection de la technique musicale, certains Japonais se consacreront entièrement à l'art ancien et au rituel de la cérémonie du thé.